Accueil / Articles / Référencement / Pour 74 euros, adoptez un pingouin !

Pour 74 euros, adoptez un pingouin !

Une cliente qui souhaite booster le référencement de son site de vente en ligne de vêtements pour femme me demande aujourd’hui mon opinion sur une offre que beaucoup de e-commerçants doivent trouver alléchante.

A force d’entendre ici ou là qu’il est nécessaire d’avoir des liens vers son site (des “backlinks“) pour être bien référencé par Google, être inscrit dans 20.000 annuaires pour 74 € HT seulement, c’est tentant ! Sauf que… c’est une belle connerie, et je vais vous expliquer pourquoi.

Tout d’abord, détaillons ce que c’est qu’un lien. Pour les moins spécialistes, c’est un texte (plus ou moins long, de un à quelques mots) cliquable qui dirige vers une autre page (interne ou externe au site de départ).
Concrètement, en HTML, ça donne quelque chose comme ceci :

[message_box title=”” color=”red”]<a href=”http://www.le-site-de-destination.fr”>Cliquez-ici !</a>[/message_box]

L’idée est donc d’obtenir le plus de liens possible pointant sur son propre site. Si vous y parvenez, vous gagnerez en popularité, en notoriété, vous obtiendrez à terme une certaine “autorité“.

Mais l’algorithme de Google s’est considérablement amélioré (ça dépend pour qui !) ces dernières années, afin d’offrir la meilleure “expérience utilisateur“. Si vous êtes e-commerçant, vous avez certainement déjà vous même recherché un produit grâce à Google et pesté contre les pages de résultats polluées par des sites sans intérêt (des comparateurs de prix, des sites sans rapport avec votre recherche, etc…). Et bien c’est cela que Google cherche à améliorer.

Et parmi ses nouvelles armes, deux noms dont vous avez certainement entendu parler : Pinguin et Panda, qui évaluent la qualité de votre site selon un certain nombre de critères complexes.

Un de ces critères évalue la qualité de vos liens entrants (vos “backlinks”).  On a vu plus haut ce qu’était un backlink, voyons maintenant ce que c’est qu’un bon backlink.

Un bon backlink, c’est donc un lien qui provient d’un site dont la thématique est en rapport avec la votre. Pour évaluer cela, Google est capable d’analyser le champ sémantique de votre site, et de celui de votre “referer” (celui qui héberge le lien pointant vers votre site). Si vous vendez des vêtements, aucun intérêt d’avoir des liens sur un site de voyages, de cosmétiques ou de jouets, par exemple.

Un bon backlink, c’est un lien dont l'”ancre” (le texte “cliquez-ici” dans mon exemple) n’est pas identique pour tous vos backlinks. Idéalement, il doit aussi contenir des mots-clés (“voir cette veste”) plutôt qu’un terme générique (“cliquez ici”, “visiter le site”, etc…)

Un bon backlink, c’est un lien dont la destination n’amène pas systématiquement sur votre page d’accueil. Comme vu précédemment, Google analyse le champs sémantique des deux pages “liées”. Si une blogueuse de mode fait un article sur les dernières vestes tendance et fait un lien vers votre site qui vend ce genre d’articles, essayez d’obtenir un lien vers votre catégorie de vestes plutôt que vers l’accueil.

Maintenant que vous avez mieux cerné ces éléments, repenchons-nous sur ces offres proposées. Pour 74 euros HT, vous obtiendrez une inscription (donc un lien) dans 20.000 annuaires. Bien sûr, les prix ou nombre d’annuaires peuvent varier d’une arnaque société à l’autre.

Pour que cette offre soit effectivement intéressante et efficace pour votre référencement, il faudrait que :

  • les annuaires soient dans votre thématique
  • les ancres des liens soient différentes (pas forcément 20.000 ancres différentes, mais ne pas utiliser tout le temps la même)
  • les pages de destinations différent régulièrement
  • les liens soient insérés au beau milieu d’un texte d’une certaine longueur (idéalement plus de 300 mots), dans un champ sémantique proche du vôtre

 

Quand vous souscrirez, ou plutôt si vous souscrivez, car j’espère vous faire économiser beaucoup d’argent (on ne parle pas ici des quelques dizaines d’euros du coût de cette prestation, mais des dégâts qu’elle causerait), on vous demandera :

  • UNE expression (mot clé) qui servira d’ancre
  • UN lien (vous mettrez probablement la page d’accueil)

 

Et ces informations seront utilisées pour toutes les soumissions d’annuaires. Et évidemment, ce n’est pas fait par un humain, mais par un robot qui soumettra automatiquement, en quelques minutes, votre site à quelques milliers d’annuaires généralistes, situés aux quatre coins du monde, et sans grand intérêt rédactionnel.

La conséquence à terme sera que Google via son algorithme Pingouin identifiera que vous avez obtenu 20.000 backlinks sur une période très courte, alors que normalement votre nombre de backlinks devrait croître régulièrement. Google verra aussi que les ancres sont toutes les mêmes et que les thématiques ne correspondent pas. Résultat, vous serez pénalisé, blacklisté, pendant une période plus ou moins courte durant laquelle la sanction sera terrible puisque vous pourrez perdre jusqu’à 90% de votre trafic venant du référencement naturel.

Alors… pour 74 euros, vous voulez vraiment adopter un pingouin ?

 

Voir aussi

Module PrestaShop Redirection vers parent

Je vous propose un nouveau module pour corriger un petit défaut de PrestaShop qui peut être …

3 commentaires

  1. Merci Johann 🙂 Comme d’habitude très pertinent et intéressant…Vous m’avez fait économiser du temps et de l’argent … .-°

  2. Très explicite et très bien résumé.
    Merci Johann.

  3. Super article merci pour ces informations.
    Conclusion on n’est jamais mieux servi que par soi même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.