Accueil / Articles / e-commerce / Le dropshipping, c’est bien ou pas bien ?

Le dropshipping, c’est bien ou pas bien ?

Le dropshipping, qu’est-ce que c’est ?

Avant d’aller plus loin, il convient en effet d’expliquer ce que c’est que le drop-shipping.

Ce terme désigne une méthode d’organisation d’une boutique de e-commerce qui fonctionne sans stock. Cela peut couvrir plusieurs domaines, allant de la petite bijouterie aux plus gros articles comme du mobilier.

Ainsi, le commerçant met en vente (sur son site web, ou sur ebay, leboncoin ou autres) des articles que ses fournisseurs ont en stock. Quand un client passe une commande chez ce commerçant, celui-ci le commande à son fournisseur, qui expédie la marchandise directement au client final, avec votre facture. Et tout le monde est content.

Pourquoi c’est intéressant ?

A priori, la technique n’a que des avantages, et ils sont intéressants pour le vendeur.

Tout d’abord, pas de stock physique à gérer.
Ça coûte énormément d’avoir un stock, avec suffisamment d’articles en stock (coloris, tailles, quantité).
Il faut aussi avoir un entrepôt pour stocker cette marchandise, car ça peut prendre de la place. Accessoirement, il faut une assurance pour le local, le stock…

Pas besoin de gérer les expéditions : c’est le fournisseur qui emballe et expédie la marchandise. Des heures de main d’oeuvre économisées.

Ensuite, les risques sont limités : pas de risque d’avoir des invendus, puisque vous n’avez rien en stock !

Alors c’est quoi le problème ?

Et bien le problème, c’est qu’il ne faut pas confondre “dropshipping” et “e-commerce pour les branleurs”.

En effet, on a vu que grâce au drop-shipping, le vendeur n’a pas grand chose à faire de plus que mettre en ligne les produits qu’il désire vendre. Alors imaginons que je veuille me lancer dans la belle aventure du e-commerce. J’ai repéré un fournisseur qui propose du dropshipping. Il propose même un fichier catalogue de ses produits, je n’aurai qu’à choisir dedans ceux que je veux vendre ! Que me reste-t’il à faire ?

  • Trouver un hébergeur (pas dur)
  • Télécharger et installer PrestaShop (pas difficile non plus, et 100% gratuit)
  • Importer le fichier catalogue de mon fournisseur (y compris les photos des produits)
  • Créer un compte Paypal et le configurer sous PrestaShop
  • Attendre les commandes

 

Sauf que bien souvent, le nouveau e-commerçant est bien loin des problématiques du référencement, et c’est bien là qu’il y a un gros problème avec le drop-shipping !!!

J’ai plusieurs clients qui utilisent le dropshipping. Tous ont le même problème. Leur site internet n’est pas bien positionné dans Google. Et c’est logique…

Quelques explications concernant Google

Tout le monde connait et utilise Google. En France, ce moteur de recherche représente 94% des parts de marché. Autant dire que c’est un acteur majeur dans le monde de l’internet, et qu’un site a tout intérêt à être bien vu par Google pour recevoir le plus de trafic naturel par ce canal.

Sans pouvoir entrer dans tous les détails que j’explique en formation référencement PrestaShop, voici quelques explications sur le fonctionnement de Google.

Google cherche a présenter des résultats les plus pertinents à ses utilisateurs. Vous-même, quand vous faites une recherche et que les premiers résultats ne vous conviennent pas (site trop lent, ne correspondant pas exactement à votre recherche, par exemple), vous râlez, non ?

Parmi les critères que Google utilise pour juger la “qualité” d’un site ou d’une page web, il y a le fait que le contenu doit être pertinent, cohérent et unique.

Pertinent, ça veut dire que le contenu doit intéresser le visiteur. Google estime l’intérêt d’une page notamment par le temps que les visiteurs passent dessus, par le nombre de liens ou partages qu’elle a obtenu, etc…

Cohérent, ça veut dire que Google sait analyser le sujet de la page. Pour tout vous dire, il sait aussi analyser la thématique des pages qui ont des liens entrants ou sortants, et se débrouille de mieux en mieux en grammaire… Autant dire qu’il faut faire des textes écrits en français correct, et ne parler que d’une thématique par page.

Unique, ça veut dire que Google n’aime pas les copieurs. Pour cela, Google possède un algorithme, Panda, qui va notamment rechercher si des parties substantielles de votre page n’existent pas ailleurs sur le web. On parle dans ce cas de “duplicate content“.

Et c’est là le gros problème que j’évoquais plus haut. Car en important le fichier catalogue de votre fournisseur, vous avez importé les descriptions de ses articles. Gain de temps pour vous, aviez-vous pensé ! Mais ces descriptions ne sont certainement pas uniques sur le web. Elles sont probablement déjà utilisées par votre fournisseur sur son propre site. Et vous n’êtes probablement pas le seul “vendeur” à vendre ses produits en drop-shipping…
Bref, vous vous êtes tiré une balle dans le pied.

Démonstration du contenu dupliqué

A un intervenant du forum PrestaShop, j’ai proposé de rechercher une partie d’un de ses descriptions de produit sur Google. Pour effectuer une recherche exacte, il faut mettre la phrase entre guillemets. Faites l’essai, recherchez (avec les guillemets) “Une nuisette glamour et romantique. Décolleté gracieux, orné de froufrou et d’un joli” sur Google.

A ce jour (6 février 2015), Google ressort 7690 résultats : bessieshouse.org, rueducommerce, cdiscount, evesecrets.fr, priceminister, coquinetcoquine.fr et j’en passe…

Il existe aussi des outils, comme CopyScape ou SiteLiner, qui permettent de rechercher des “copies” d’une page à partir de son URL.

Google ne “lit” pas les images et le design des pages qu’il indexe, il ne “retient” que le texte. Et là, on a près de 8.000 pages avec le même contenu. Comment voulez-vous qu’il positionne mieux votre site que celui des autres, en se basant sur le contenu ?

Dans le monde réel, c’est un peu comme si vous aviez une rue commerçante avec des boutiques ayant toutes exactement la même vitrine, et que vous arrêtiez un passant pour lui demander la boutique qu’il vous conseille…

Alors comment faire ?

C’est simple ! Vu qu’il faut du contenu unique (c’est pas moi qui écrit les règles du jeu, c’est Google !), il suffit, comme je l’explique à mes clients dont les sites ont du mal à “décoller”, de modifier les fiches produits, d’en changer le texte pour que les descriptions deviennent  vos descriptions, uniques, non publiées ailleurs !

“Oui, mais c’est long et chiant !”, me répond-on régulièrement. Oui, mais c’est le seul moyen. Vous ne gagnerez pas contre Google.

Au fait, si vous aviez en tête d’exporter, vous, votre catalogue sur des places de marché comme eBay, cdiscount, la FNAC, Amazon ou autre… je vous conseille de lire mon article sur les places de marché. Si vous m’avez bien compris, en faisant ça, vous vous tireriez une balle dans l’autre pied, car évidemment vous enverriez sur ces sites les mêmes contenus que sur votre site…

Et vous ?

Si vous utilisez le dropshipping, je vous invite à commenter cet article, pour me dire si vous rencontrez ce problème, si vous étiez au courant de ces risques, comment vous avez géré la situation ?

Voir aussi

Formations référencement naturel en juin

Ranking Metrics et moi-même vous proposons à Champs-sur-Marne (dans le 77, à l’est de Paris) …

2 commentaires

  1. gplus-profile-picture

    Oui, mais une fiche produit ne se limite pas à sa description technique, qui n’est en général qu’une énumération de caractéristiques. Il faut du contenu qui soit un peu plus rédactionnel, à la fois pour convaincre le client, et également pour faire apparaître des expressions susceptibles d’être recherchées sur Google

  2. Merci pour cet article très instructif.
    Je suis en train de me pencher sur le dropshipping pour ajouter des produits réels, complémentaires aux produits dématérialisés de ma boutique.
    Je trouvais justement un peu balourd d’importer un catalogue.
    Cela dit, lorsqu’on vend un produit “technique”, sa description technique (justement) n’a pas beaucoup de chance de varier d’un site à l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *